Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 When the world becomes a fantasy |Tabi

Aller en bas 
AuteurMessage

Robin Fraser
6ème année
avatar

Date d'inscription : 27/09/2018
Messages : 38
Points : 30
Crédits : Mittwoch

Feuille de personnage
Capacités:
CapacitésPoints
Courage■■■■□□
Empathie■■□□□□
Savoir■□□□□□□
Ruse■■□□□□□
Voir le profil de l'utilisateur
http://alarte-ascendare.forumactif.com/t343-robin-i-was-the-match-and-you-were-the-rock#4069
MessageSujet: When the world becomes a fantasy |Tabi    Ven 5 Oct - 8:29

'Cause you're dreaming with your eyes wide open
Tabitha & Robin

En musique:
 

C’était parfaitement inutile, le courrier était livré à même heure tous les matins, mais il ne pouvait s’empêcher de se lever une heure plus tôt depuis une bonne semaine. On ne sait jamais, si sa chouette avait des envies de livraison aux aurores il se devait d’être là. Aussi, c’est fringuant de bon matin, attablé alors que son estomac dormait encore, que Robin attendait que Pouic fasse son entrée. La salle eut le temps de se remplir, le brouhaha envahit l’espace, il y contribua avec quelques “bonjour” lancé à la va-vite son nez pointé vers le ciel. Ah ! Enfin la masse de volatile s’éparpilla dans la grande salle, une pluie de lettres et colis s'abattit sur eux, des éclats de joies et d’autres de déception se firent entendre. Allez, allez, Pouic, allez…. La chouette hulotte montra sa bouille ronde, transportant le fameux petit paquet tant attendu. “SUIS LA !”, lui cria t-il en se levant, chose ô combien inutile mais avait-on besoin de souligner son goût pour brasser du vent ? La chouette lui fit le plaisir de déposer dans ses mains tendues le colis et la lettre, avant de s’en aller picorer le pain qu’il avait dans l’assiette.

Frénétique, Robin ouvrit l’enveloppe bien épaisse comme à l’accoutumée. Il passa les liasses de feuilles, lisant en diagonale pour arriver à la partie qui l’intéressait, le reste attendra qu’il soit dans le secret de son lit pour le lire. Ah. Feuille trois, paragraphe quatre. J’en ai mis du temps à trouver ta babiole ! J’ai bien dû faire tout Londres ! Tu me dois une nouvelle paire de chaussure !! Et tu me raconteras comment elle a pris ce cadeau, c’est plutôt inhabituel. Enfin, pour une sorcière ça doit être le b.a-ba j’imagine !. Pas faux, une seconde il resta interdit à se demander si elle n’en avait pas déjà un avant de secouer la tête pour chasser cette pensée superflue, mais non elle n’avait pas ! Un sourire large revint s’installer sur son visage pétillant, il céda à la curiosité de voir à quoi il ressemblait, prenant bien soin que ses amis n’en voient rien, juste pour le plaisir de leur cacher quelque chose pendant quelques minutes. Au creux de la boîte se tenait lové dans un petit filet violet, un pendule en laiton au bout d’une chaîne de bronze, simple mais certifié efficace. Parfait, murmura t-il en refermant sa boîte avec un petit air espiègle.

Il avait eu l’idée de s’en procurer un alors qu’il n’arrivait pas à dormir, ses pensées entièrement tournées vers les caves. Ses recherches jusqu’alors avaient fait chou blanc, peut-être parce qu’il n’abordait pas le sujet de la bonne manière ? S’il changeait son angle d’attaque, la solution lui apparaîtrait, évidente… Il s’était efforcé de revenir aux fondamentaux, à ce qu’il savait. Il avait pensé à cette glace sortit de nul part. Il était tard, il n’avait pas l’esprit aussi lucide, aussi clair, que d’ordinaire. La glace, c’est de l’eau. Donc la cave, elle est rempli d’eau. Ou elle l’était. Mais l’eau, elle a une source. Magique ? Peut-être juste une source, une vraie, source. Avec l’aide de Tabitha il pourrait facilement la localiser et ainsi trouver les caves. Il ignorait son avis sur ces dernières mais comme il ne pensa pas à la consulter avant de passer commande, cela ne fut pas un soucis. Dès qu’il récupéra Pouic, Robin écrivit une lettre à sa soeur pour qu’elle lui envoie un pendule, un vrai, pour une amie voyante qui allait l’aider à débusquer des trésors. Une requête étonnante qui ne l’était pas tant que cela quand on se penchait sur la correspondance de Robin. Et le voilà maintenant tout sourire dans la grande salle, à chercher sa voyante du regard pour l’embarquer dans son idée plus que discutable.

- Bouge toi, allez bouge de là !
- Heu c’est bon, ici c’est la table des Serdaigles..
- Je sais, je suis pas daltonien. Bouge j’ai dis, faut que je parle à Tabi ! Il jouait des coudes pour se créer une place à côté d’elle, poussant sans vergogne le pauvre Serdaigle qui finit par se lever.
- Ca va, j’ai fini de toute façon…
- C’était bien la peine de faire des manières ! Le tacla t-il avant de se tourner vers Tabitha. Tout fier, insensible aux regards qu’on leur portait, il posa devant elle le petit colis. Tadaaaa ! Cadeau pour toi ! Oublie ton petit déj, j’ai eu une idée géniale, toi et moi on va faire un truc incroyable ! Mais j’peux pas en parler ici, c’est un secret. Tu me suis ? Il lui désigna la porte d’un coup de tête, dire que son regard exprimait un amusement sans nom était un euphémisme.

Emi Burton

_________________
All this bad blood here, won't you let it dry ?


If we're only ever looking back. We will drive ourselves insane as the friendship goes resentment grows. We will walk our different ways.
Revenir en haut Aller en bas

Tabitha Chang
5ème année
avatar

Date d'inscription : 20/06/2018
Messages : 61
Points : 66

Feuille de personnage
Capacités:
CapacitésPoints
Courage■■■
Empathie
Savoir■■■■
Ruse
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world becomes a fantasy |Tabi    Jeu 11 Oct - 20:43

Je m'étais réveillée ce matin là avec l'agréable intuition que ce serait une bonne journée. J'avais donc rejeté mes draps avec entrain avant de me lever en chantonnant, faisant grogner mes camarades de dortoirs. Jamais elles ne s'habitueraient à ma bonne humeur matinale. Je laissais donc les grognons se réveiller à leur rythme avant d'enfiler mon uniforme et de dévaler les escaliers tout en bavardant avec les différents portraits. Ils étaient une mine de connaissances et être dans leurs bonnes grâces me permettait d'obtenir de temps à autres des révélations croustillantes. Mes camarades oubliaient bien souvent que les tableaux devant lesquels ils se bécotaient avait des yeux et surtout une langue. J'en avais ainsi appris un peu trop sur les réconciliations du couple le plus tapageur de Poudlard ou sur les activités de ce cher Tibus. Sans compter leurs querelles de tableaux. Je me demandais ce qu'il fallait faire pour avoir son propre tableau. J'aimerai bien moi aussi juger les activités défendues des futurs élèves de l'établissement avant d'aller cancaner dans le tableau voisin. Mai, bien sûr, ce n'était pas comme ça que cela marchait.

Toujours aussi enjouée, je fini enfin par arriver dans la Grande Salle avant de me servir un verre de jus d'orange fraîchement pressé et un bol d'amandes. Je petit-déjeunais toujours léger. Je n'avais pas l'habitude des repas gargantuesques et très anglais que s'infligeaient la plupart de mes camarades. Pas étonnant qu'ils s'assoupissent en Histoire de la Magie après cela !

J'en étais encore à picorer dans mon bol lorsqu'un éclat de voix bien caractéristique me fit lever le nez. Un sourire fleuri sur mes lèvres tandis que je l'entendais ronchonner. Pas de doute, c'était bien Robin. Lorsque mon voisin de table se décala enfin, je n'eus même pas le temps d'ouvrir la bouche que déjà, un paquet se matérialisa sous mes yeux. Je me dépêchais de le déballer tout en écoutant la suite des paroles de Robin. Il avait l'air excité comme une puce mais je me méfiais. La dernière fois qu'il m'avait entraînée dans l'un de ses plans, j'avais du occuper Rogue pendant que lui et son copain Myron s'infiltraient dans la réserve. J'avais prédit tout un tas d'idioties à mon professeur pour éviter qu'il se retourne et, depuis, il me prenait pour la Reine des Idiotes et ne ratait pas une occasion de tourner mes dons divinatoires en ridicule. Les idées géniales de Robin me laissaient donc bien perplexe.

Le paquet révéla un magnifique pendule qui fit briller mes yeux d'excitation avant que je ne plante un bisou sonore sur la joue de Robin, en partie parce que c'était la première fois qu'un garçon m'offrait un cadeau 'juste comme ça' sans que ce soit mon anniversaire et un peu, aussi, parce que j'aimais bien le mettre dans l'embarras.

« Merci ! Il est magnifique. »

Je poursuivis ensuite avec un sourire lumineux et un air de conspiratrice.

« Je te suis, beau brun. J'espère pour toi que ça vaut le coup. »

Je lui donne un léger coup d'épaule pour bien montrer ma détermination. Les taquineries faisaient de toute façon partie de notre façon de communiquer tous les deux. Une complicité que je n'aurais échangée pour rien au monde. Je le laissais donc m’entraîner vers la porte, sans faire aucun cas des regards curieux et des chuchotements qui nous suivaient. Une fois les oreilles indiscrètes (humaines ou peintures) évitées, je posais enfin la question qui me brûlait les lèvres, curieuse.

« Alors ? C'est quoi cette idée géniale ? »
Revenir en haut Aller en bas

Robin Fraser
6ème année
avatar

Date d'inscription : 27/09/2018
Messages : 38
Points : 30
Crédits : Mittwoch

Feuille de personnage
Capacités:
CapacitésPoints
Courage■■■■□□
Empathie■■□□□□
Savoir■□□□□□□
Ruse■■□□□□□
Voir le profil de l'utilisateur
http://alarte-ascendare.forumactif.com/t343-robin-i-was-the-match-and-you-were-the-rock#4069
MessageSujet: Re: When the world becomes a fantasy |Tabi    Hier à 11:32

'Cause you're dreaming with your eyes wide open
Tabitha & Robin

En musique:
 

Tout sourire, il fit le geste maladroit de vouloir s’essuyer la joue alors qu’une certaine gêne l’empourprait. “Sérieux c’est gluant”, grogna t-il en surjouant pour la taquiner et, surtout, pour masquer vainement sa timidité. Elle ne pouvait pas s’en empêcher, elle savait pourtant qu’il n’était pas très à l’aise quand elle agissait ainsi. Déjà il voyait les regards curieux des autres et ne pouvait s’interroger sur ce qu’ils pensaient. Rien à voir avec le beau brun, ils sont juste jaloux qu’ils aient une aventure et pas eux. Voilà. Il cessa d’y penser alors qu’il avait sous les yeux son regard pétillant.

Cette idée géniale c’est…. Suspense.... il mima le bruit du tambour annonçant la grande nouvelle, battant l’air de ses mains pour plus de crédibilité, de théâtre. Qu’avec ce pendule toi et moi on va trouver les caves maudites avant tout le monde ! Tu te souviens de la glace ? Bah je me suis dis qu’avec un pendule on allait pouvoir trouver la source ! Et avec ton don ça sera super facile !

Heureusement que Tabitha faisait attention aux oreilles de tous car, lui, n’y prêtait nullement gaffe. Il lui dévoilait ses réflexions à haute voix, trop excité par l’idée pour être discret mais as-t-il seulement été déjà discret dans sa vie ? Combien de fois n’avait-il pas attiré l’attention sur lui et ses amis quand, s’emballant au coeur du danger, il se mettait à parler et rire trop fort ?

Alors, partante ?

Evidemment qu’elle était partante, elle ne pouvait pas refuser une idée aussi épique. Et puis, il lui avait fourni l’outil, elle n’avait même pas l’excuse de ne pas en avoir. Oh, en avoir. Il y eu un voile sur son regard alors qu’il désigna du doigt le pendule.

J’espère que tu n’en as pas déjà un… j’aurai peut-être dû prendre ceux en bois mais c’est moins fiable il paraît…

Comme à l’accoutumée il parlait tout seul, se faisant les questions et les réponses, et passant du coq à l’âne alors que les idées rebondissaient dans son esprit. Pas Fiable. C’est le mot qu’il avait utilisé quand il avait remarqué que, pour le bal, ceux qui disaient y aller entre amis finissaient par choisir d’y aller accompagné dès lors qu’on les invitait. Lâcheurs. Il s’était mis en tête d’y aller avec Myron et Jo, parce que c’était l’évidence mais peut-être que Jo se fera inviter et, parce qu’elle était gentille, se sentira obligée de les abandonner ? Peut-être que Myron y ira avec l’autre, Lyra, là ? Oh non s’il la ramène il va devoir la supporter, elle va lui gâcher le paysage et l’ambiance… Robin avait cogité à tout ça, au point qu’il en était arrivé à la conclusion que s’il ne voulait pas subir Lyra, ou être le seul idiot de la bande les bras ballants le soir de la fête, il devrait peut-être un peu anticiper… mais comment savoir qui inviter quand il voyait que les binômes de ses potes étaient saupoudrés d'ambiguïté ? Il avait pensé, fait des listes de pour et contre… Puis il avait pensé à pleins d’autres choses, au pendule, à ses créations, aux cours… et le voilà au pied du mur, à quelques chose du jour j.

Dans ses listes, Tabitha n’avait que des pour… et un contre.

Ah oui j’ai oublié de te demander, avant qu’on commence,
fit-il d’un air nonchalant calculé.

Déjà qu’elle le taquinait parce qu’il ne savait comment réagir à ses “beau gosse” et autres, là elle allait avoir de quoi le pourrir jusqu’à la fin de leur scolarité. Rien que pour ça il s’était dit qu’il ne l’inviterait pas, juste pour l’empêcher de le pourrir mais, bon, il adorait aussi ça et il devait reconnaître que si elle arrêterait il serait déçu. Néanmoins, même s’il savait qu’en y allant avec elle il était certain de passer un excellent moment, qu’il se voyait déjà faire des chorégraphies ridicules sur la piste de danse juste pour qu’elle regrette, l’espace de deux secondes, d’avoir accepté son invitation, Robin ne voulait pas que ça soit si facile. S’il lui proposait comme tout le monde ce n’était pas amusant, ce n’était pas leur marque de fabrique. Avec elle, il aimait que ça soit drôle, parce que le rire c’était un peu le ciment de leur relation.

Me suis dis que j’allais faire une bonne action en te proposant de m’accompagner au bal. C’est un truc sans prise de tête tu vois mais j’avais pas envie que tu ais la honte en y allant solo.

Il commençait à s’embrouiller, à ne plus pouvoir la regarder dans les yeux, mince pour une fois il aurait dû faire simple : “ça me ferait plaisir d’y aller avec toi, on va s’marrer”. Mais non ! Robin croisa les bras, comme si se protéger allait faire que si elle refusait la honte serait moins forte. Il y eu un temps mort avant qu’il ne retourne son visage vers elle et, le pli d’un sourire au coin des lèvres, il lui dit :

Par contre va falloir t’épousseter avant de venir, à force d’étudier tu as pris la poussière, la Serdaigle.

Emi Burton

_________________
All this bad blood here, won't you let it dry ?


If we're only ever looking back. We will drive ourselves insane as the friendship goes resentment grows. We will walk our different ways.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: When the world becomes a fantasy |Tabi    

Revenir en haut Aller en bas
 
When the world becomes a fantasy |Tabi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» World Of Final Fantasy
» Fantasy, Sf, Horreur, Fantastique et Bit-lit
» naowaxx world feat gerard baste , orelsan , féfé...
» Pass Disney Fantasy à gagner: 100par jour!!!
» Formula Rossa au Ferrari World de Abu Dhabi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alarte Ascendare :: Poudlard et ses environs :: Poudlard :: Rez-de-Chaussée :: Grande salle-
Sauter vers: