Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 lucky to have been where i have been (Jessamyn)

Aller en bas 
AuteurMessage

Jessamyn James
Professeur d'Astronomie
avatar

Date d'inscription : 07/05/2018
Messages : 107
Points : 155
Crédits : cosmic dust/BADLANDS ♥ (avatar) ASTRA (code signa) old money & BELLA CIAO (icons)
Activités : observer et analyser les étoiles, s'engueuler avec sa nièce, garder un oeil bienveillant sur ses élèves...
Voir le profil de l'utilisateur
http://alarte-ascendare.forumactif.com/t49-lucky-to-have-been-where-i-have-been-jessamyn
MessageSujet: lucky to have been where i have been (Jessamyn)   Sam 12 Mai - 22:47

Jessamyn Gracie James
citation courte
  • Connaissance ■■■□□□
  • Empathie ■■■■□□
  • Courage ■■□□□□
  • Ruse ■■■□□□
Infos principales
» Nom: James, classique, la seule chose qui lui reste d'un père qu'elle a à peine connu. Elle ne l'a jamais perdu, même suite à ses mariages, elle est restée "Madame James" et ça restera toujours ainsi. » Prénom: Jessamyn, prénom dérivé de la fleur de jasmin. On l'appelle souvent Jessa, sa mère voulait un prénom qui sonne '"différent", son père lui, voyait pour elle quelque chose de plus doux, comme sa propre mère qui lui vaudra le deuxième prénom de Gracie. » Date de naissance et âge: Née le 12 mai, à Londres, Angleterre, elle compte aujourd'hui quarante plus ou moins belles années. » Situation: Divorcée, elle est passée par plusieurs mariages ratés. » Orientation: hétérosexuelle. Elle n'a toujours eu d'yeux que pour les hommes, bien qu'elle ait eu des expériences avec des femmes lors de sa jeunesse, "pour être sûre". » Profession: professeur d'astronomie à Poudlard, poste prestigieux qu'elle est honorée d'occuper pour sa troisième année. C'est le renouement réel avec le monde magique qu'elle avait quitté depuis quelques bonnes années, même si son autre vie loin des baguettes et des sorts, lui manque. » Maison: (ou ancienne maison) Ancienne poufsouffle.
Infos magiques
» Statut de sang: sang-mêlé, une mère plus moldue que moldue, ça lui a valu quelques soucis, pourtant, elle n'a jamais eu honte de son sang. » Réputation: On l'appelle "la grande dame de la Tour", elle plait en tant que professeur, la plupart du temps. Bien vue de ses collègues, sa familiarité avec les élèves gêne parfois. On la voit comme l'amie à qui parler, celle qui tend la main à n'importe qui, mais aussi celle qu'il faut craindre lorsqu'on pousse un peu trop et qu'on ne suit pas assidument les cours qu'elle donne. Elle est aussi vue comme la femme  qui passe sa vie à se marier pour divorcer. Il arrive que certains élèves parient sur qui sera le prochain "monsieur James". Pour ceux qui connaissent son histoire, elle est la lâche qui ne fait pas honneur à sa maison, celle qui revient une fois qu'il n'y a plus rien à sauver. » Baguette: Bois de hêtre avec un coeur en crain de licorne, 39, 95com, et raisonnablement souple. » Patronus: Un chien de montagne des pyrénées. » Epouvantard: un sorcier dont elle ne voit pas le visage, encapuchonné, qui la pointe de sa baguette. » Amortentia: l'odeur de l'air marin, la cannelle, la noix de coco. » Miroir du Ridèd: elle, entourée de sa soeur et son mari, sa nièce. Un tableau où elle n'est pas seule.

Votre opinion sur les Caves Maudites/la situation du monde magique Elle ne l'a pas vécu comme tous cette guerre. Elle a pourtant été frappée et imagine que le pire peut revenir. Mais en attendant, il reste que la paix règne plus ou moins pour l'instant, et qu'il n'y ait pas de quoi s'y intéresser plus que ça puisque le danger est loin. Jessamyn préfère garder les yeux fermés plutôt que de penser au fait que tout puisse à nouveau s'assombrir.

Bulletin scolaire
» Nombre de BUSES validés: 6 sur 9. » Cours poursuivis en 6ème année: astronomie, DCFM, sortilèges, Histoire de la magie, arithmancie. » Nombre d'ASPICS validés: 5 sur 5.
Zoe Saldana
Quarante années
divorcée
sang mêlé
professeur d'astronomie
Ancienne poufsouffle
Personnalité
» Qualités à l'écoute - amicale - travailleuse - passionnée - ouverte - charismatique - gracieuse - drôle (à ses heures) - maternelle. » Défauts: impatiente - pressante - dépendante - trop sensible - irréfléchie - naïve - moqueuse - possessive. » Point fort: Ses relations avec les gens, sa sociabilité à toute épreuve, au delà des "on dit" et autres rumeurs. » Principale faiblesse: Son envie d'être appréciée, aimée de tous. Elle est beaucoup trop dépendante des autres, de ce qu'ils pensent d'elle, de ce qu'ils peuvent dire, de ce qu'ils peuvent lui reprocher. Elle a constamment besoin d'être entourée Jessa, sinon elle s'éteint.
Derrière l'écran
» Pseudo: crackintime. » Âge: 26 ans  creepy . » Comment as-tu trouvé AA ? Marcello et Lyra  coeur  coeur . » DC: //. » mot de la fin:  please  please  amour .


Dernière édition par Jessamyn James le Lun 14 Mai - 8:49, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas

Jessamyn James
Professeur d'Astronomie
avatar

Date d'inscription : 07/05/2018
Messages : 107
Points : 155
Crédits : cosmic dust/BADLANDS ♥ (avatar) ASTRA (code signa) old money & BELLA CIAO (icons)
Activités : observer et analyser les étoiles, s'engueuler avec sa nièce, garder un oeil bienveillant sur ses élèves...
Voir le profil de l'utilisateur
http://alarte-ascendare.forumactif.com/t49-lucky-to-have-been-where-i-have-been-jessamyn
MessageSujet: Re: lucky to have been where i have been (Jessamyn)   Sam 12 Mai - 22:47

Titre du message
Sous titre

** Poudlard. Première rentrée. **
Le voyage avait été digne de l'un de ces rêves fantastiques qui habitaient mes nuits. Les lumières sur l'eau, la bâtisse semblant surplomber le monde, je les observais de mes yeux ébahis, depuis la barque qui nous menaient à lui. Déjà deux années que je questionnais inlassablement Sukie pour connaître les détails de cette nouvelle vie qui m'attendait, mais jamais elle n'avait cédé. « Tu le sauras en temps voulu, ça va te gâcher toute la surprise si je te le dis ! » Dès mon premier regard sur le château, j'ai compris que tout ça ne pourrait que me plaire, que vivre durant dix mois entre ces murs devrait forcément m'offrir multitude d'opportunités de vie meilleure que je n'avais déjà. Je n'avais que de hâtes : pouvoir parler magie sans regarder derrière moi, faire des choses peu ordinaires, apprendre à tenir cette baguette qui m'avait choisie (bien que j'avais la nette certitude que c'était moi et moi seule qui avait estimé cette baguette digne de moi), cette curiosité obsessionnelle rendait ce début d'aventure aussi fade qu'impressionnant.
« POUFSOUFFLE ! » clama le Choixpeau au dessus de ma tête, dès qu'il eut touché le sommet de mon crane. J'aurais cru qu'il aurait plus de mal à choisir, que je rejoindrais surement ma sœur ainée à la table des rouge et or, mais non. Le cœur battant à l'idée de me retrouver seule, sans elle pour me guider, dans cet inconnu de magie, je suivis son regard approbateur, que j'avais pu accrocher parmi toute les têtes suivaient mes faits, avant de m'assoir parmi mes nouveaux camarades, tout de même triomphante.


** Vacances scolaires 1960.**
« Sans toi, Poudlard ne sera plus pareil... » avais-je avoué la voix empreinte d'une tristesse sincère. Je vins l'écraser contre moi. Sukie et moi, nous n'avions jamais été pareilles toute les deux, elle était plus courageuse et sûre d'elle que je ne pouvais l'être. Elle était ma seule famille depuis que notre père nous avait quitté suite à sa maladie, et rien n'était plus pareil depuis qu'il avait disparu. Ma mère n'était pas familière à ce monde magique, de plus, elle avait développé une haine à l'égard de ce mode de vie. Aussi, dès lors que mon père eu perdu la vie, tout ce qui se rapprochait de loin ou de près à la magie était devenu tabou, en parler devenait toute une histoire où les reproches étaient de la partie. Il n'y avait que Sukie et moi, moi et Sukie, les deux filles étranges de la famille, celles qui disparaissent plusieurs mois sans que ça ne dérange notre mère. Très vite elle avait retrouvé un homme, un moldu avec qui elle partagea notre maison, et avec qui, elle nous offrit un demi-frère et une demi-soeur, aussi moldus qu'ils l'étaient tous les deux. Inutile de dire qu'à partir de ce moment là, je ne me sentais définitivement plus être des leurs. Je ne l'étais plus depuis que j'avais perdu le choix d'être moi-même. Sukie comprenait mieux que moi les agissements de notre mère, estimant qu'elle nous aimait, et qu'il n'y avait pas plus important que cela. Je ne le voyais pas du même regard, je voyais juste qu'elle était une mère qui nous avait remplacées. « Tu vas très bien te débrouiller sans moi, je ne me fais aucun soucis pour ça ! » Elle en riait. Elle avait constaté avec quelle facilité je m'étais intégrée à Poudlard, la capacité que j'avais de me faire des amis, de trouver de nouvelles personnes à qui m'allier. Elle n'appréciait pas toujours mes choix indisciplinés, elle avait peur que je me fasse prendre, alors qu'elle l'avait été bien plus que moi.
J'entrais en cinquième année, l'année des examens de BUSES, j'aurais tellement aimé qu'elle puisse m'aider, qu'elle puisse me guider pour m'amener jusqu'à ce que je voyais déjà comme une difficulté.  « On ferait mieux de rentrer petite sœur ! » Je me levai, jetant un œil sur la pierre tombale près de laquelle nous étions toute deux assises.
« Treasured memories of a dear husband and father. »
Souvent, nous venions lui rendre visite, lui montrer qu'il était toujours des nôtres, que sans lui encore, on pouvait être heureuses, même si rien n'était plus pareil...

** Lambeth. Aout 1965. **
« Je t'ai trouvé une université ! Félicitations ma chérie. » Elle me prit dans ses bras, j'étais redevenue une fierté pour elle, sa fille chérie. Cela faisait déjà une bonne année que j'avais obtenu mes ASPICS avec brio, que j'avais laissé Poudlard et la magie de côté pour reprendre une vie nouvelle, chez moi. C'était une décision que j'avais prise avant même de quitter le château. Ma mère serait fière de moi me disais-je, et je ne me trompais pas. Elle semblait récupérer sa fille et moi ma mère. Je récupérais une famille, ma famille, à présent que ma sœur, la personne la plus proche à mon cœur, vivait le parfait amour avec son preu chevalier sorcier. Je ne la perdais pas, elle non plus à moi, mais nous nous étions assez éloignés pour que j'ai envie d'être proches des miens. J'ai alors pris une année de rattrapage. Il faut dire que sorciers et moldus sont loin d'avoir le même programme en ce qui concerne la scolarité. Sciences, langues, littérature, c'est la première matière qui a trouvé plus de grâce à mes yeux. Sans doute cette différence très marquée par rapport à ce que j'apprenais à Poudlard, m'avait-elle poussé vers ce choix. Je voulais étudier l'astronomie, l'astrophysique de manière poussée, plus tard, dès que je le pourrais. Toute une année, sans repos, j'ai travaillé comme je ne l'avais jamais fais. C'était plus la motivation de la nouveauté qui entrait en ligne de compte, j'en venait pourtant à me demander si le choixpeau m'enverrait toujours à Poufsouffle ou s'il aurait maintenant changé d'avis pour me répartir à Serdaigle. Dans tous les cas, toute une année avait réussi à me faire presque couper le contact avec la plupart des personnes que je connaissais. Des années d'amitié pliées et jetées, des années d'apprentissage d'un art que je ne pouvais plus exercer, mais c'était mon choix. Un choix duquel je trouvais petit à petit, des avantages.


** Londres. Dans les alentours du mois d'avril 1968. **
Mes yeux s'étaient figés sur la bague ornée d'une étincelante mais minuscule pierre. Mon cœur avait du faire trois tours dans ma poitrine, alors que, j'en suis certaine, mes yeux devaient pétiller comme si depuis des semaines, j'avais attendu sa demande. Je l'avais prévue, sans pour autant vouloir y croire, mais je savais que sa demande arriverait bientôt. Nous étions jeunes lui et moi, pourtant, j'avais le sentiment que cette bague l'empêcherait de disparaitre un jour, de s'éloigner de moi, de fuir s'il arrivait qu'il sache que je n'était qu'un imposteur qui lui cachait une part d'elle-même. Une partie de moi avait envie de courir dans l'autre sens, de dire non, parce que je savais avec certitude que je n'étais pas prête pour m'unir à quelqu'un... pour la vie. L'autre partie répondait oui avant que je ne le prononce. « Oui ! » Simple mais décidé. Seulement quelques secondes s'étaient écoulées. Répondre par la positive, j'en étais heureuse, bien que tout mon être ne respirait pas le bonheur. C'était le début d'une nouvelle vie, un autre départ qui me serait donné. Je tendis ma main gauche, lui laissant le loisir de passer la bague à mon annulaire. Aussitôt qu'elle m'appartint, je sentis l'angoisse de la prison dorée m'enfermer. C'était la fin de toute liberté non ? Sexuelle, amicale, professionnelle, faire référence de toute mes actions à cet homme un peu trop tapageur et tête en l'air... La fin de toute liberté ?


** Londres, Aout 1970. **
« Vous êtes vous décidés sur le prénom ? » L'innocence, l'insouciance. Elle était l'enfant née dans la bonne famille cette petite. « Evidemment ! Je te présente Chrissy. » C'était ma première visite à ma soeur ainée depuis la naissance de leur fille. La petite Chrissy, j'avais toujours admiré ses parents qui s'aimaient d'un amour intense, doux et inconditionnel, que j'avais parfois du mal à comprendre tant ce sentiment m'était inconnu. Moi après seulement deux ans de mariage, j'étais perdue, amoureuse, mais de manière à n'être pas certaine que le mariage avait été la bonne solution.
Les yeux grands ouverts de l'enfant me fixèrent, Sukie la déposa dans mes bras. « Su'... tu es s... » Je ne me sentais pas à l'aise un bébé dans les bras, comme handicapée, à moitié courbée, mais heureuse en me disant qu'un jour, j'aurais aussi le mien, avec Edward peut-être, mais nos études, nos carrières étaient beaucoup trop importantes pour y inclure un enfant, nous étions des partenaires accordés sur ce point. Mais qu'elle était belle... C'est la dernière fois que je voyais Sukie, mon dernier réel contact avec le monde magique, je m'estimais seulement comme l'intruse d'une nouvelle famille qui s'était de nouveau formée, sans moi, sans avoir besoin de moi. Il fallait que je retrouve ma voie de mon propre côté, et c'est ce que j'avais déjà commencé.

** Paris, ESRO (European Space Research Organisation), 1975. **
Nouvelle carrière après que je me sois débarrassée d'un mariage trop étouffant. Edward, mon ex-mari, j'avais éprouvé pour lui une affection considérable, de l'amour même, une haute attirance, qui s'étaient éteintes soit par le mariage, soit par le fait qu'il n'était plus l'étudiant, mais le commerçant d'une petite boutique de cassettes. J'avais divorcé par lassitude aussi. La routine qui tue un couple qui ne s'aime pas. La routine qui accentue tous les plus petits défauts de son partenaire jusqu'à les rendre insupportables. Un essai en tant que couple libertain n'avait rien arrangé, si ce n'était que les choses avaient empiré de plus belle.
Je me fichais bien d'être seule alors que j'avais ça, le pied dans une agence de recherches spatiales. Ce qui avait valut que les portes s'ouvrent à la sortie de l'école, ce fut cette thèse sur les univers parallèles, les multivers et la théorie des cordes, un raisonnement cheminé qui fit parler de moi au delà d'une simple école et qui m'offrit une fieté que j'affichais pourtant généralement peu. Pourtant, je n'étais qu'une gratte papier, excellente, mais loin d'être estimée à ma juste valeur. Ma mère restait fière de moi, elle était là, à toute les étapes de ma vie, comme je l'avais toujours voulu.


**Londres, 1978. **
C'est la première fois depuis des années que je retombe nez à nez avec la boite en bois qui renferme ma baguette. De mes doigts, je l'effleure avant de l'ouvrir précipitamment pour l'attraper entre mes mains. Elle semble ne plus avoir aucune étincelle de vie, je l'ai abandonnée. Mon coeur s'émiette à cette pensée, ou plutôt, à l'idée que j'ai pu laisser ma soeur dans un monde qui semble prit par la cruauté montante contre ceux que je pourrais défendre moi-même. Ma loyauté semble m'avoir quittée, mais je me dis que tant qu'il n'arrive rien à Sukie, tant qu'il n'arrive rien à ceux que j'aime, je peux continuer de fermer les yeux, de minimiser l'ampleur de ce climat de peur dans lequel vit mon ainée. Je me décide finalement à en parler à ma mère, encore et toujours là, plus fidèle que je ne le suis moi au final. « Dis à ta soeur de nous revenir, s'il te plais Jessamyn. Ramènes la nous. » Voilà tout ce qu'elle a pu me dire, tout ce qu'elle m'a supplié avant que je ne prenne contact avec ma soeur pour lui demander d'abandonner sa vie au profil de la sécurité. Quelle sécurité ? m'avait-elle demandé. Il n'y avait aucune sécurité pour les moldus tant qu'il n'y avait pas de victoire du côté de leurs défenseurs sorciers. Elle était bien plus brave et courageuse que moi. Elle ne restait pas en arrière elle, parce qu'en plus d'avoir le coeur sur la main, elle avait du cran et du talent avec une baguette entre les doigts. Je ne me doutais pas que ce serait réellement la dernière fois que j'avais l'occasion de lui parler. Que cette guerre dont elle n'arrêtait pas de parler, était bien plus sérieuse et meurtrière que je n'avais voulu l'entendre. Je suis alors restée là, dans mes petites affaires, mariée pour la deuxième fois à l'un de ces êtres haïs par ces mangemorts que j'avais la chance de ne pas croiser. Ma baguette est morte, sans plus aucun souffle de vie, et ma peine est grande, mais pas autant qu'elle le sera plus tard.


** Decembre 1981 **

Ma chère Jessa.
Tu sais comme j'ai toujours été prévoyante, mais si tu lis ces mots, c'est que finalement, j'ai eu raison de l'être une fois de plus. Depuis que papa est parti, ça n'a toujours été que toi et moi, moi et toi, puis lui. Il est arrivé et m'a donné Chrissy. Tu t'es éloignée de nous, j'ai toujours essayé de te montrer que tu avais ta place aussi dans notre petite famille, mais tu as toujours été la plus compliquée de nous deux, celle qui veut tout et rien, n'est-ce pas ? Je ne t'en veux pas.
Tu dois savoir que si j'ai décidé de te confier Chrissy, c'est parce que j'ai confiance en toi, en l'avenir que tu peux lui offrir, et j'imagine qu'elle peut aussi t'offrir beaucoup. S'il te plais, donne lui le meilleur de toi, et ne la coupe pas de la magie. Ne fais pas la même erreur que maman.
Je t'aime, petite soeur.
 Avec tout mon amour.
 Sukie

Chrissy avait filé aussitôt la nouvelle annoncée. Elle me détestait, purement et clairement, et cette haine allait me prendre toute mon énergie. Sukie et son mari me donnaient donc la garde de leur fille, leur fille pour qui je n'étais qu'un fantôme, lâche. J'encaissai la nouvelle comme je le pouvais. Ils ne se rendaient pas compte, tous les deux, du poids qu'ils me donnaient à porter. Je n'avais pas l'âme d'une mère, j'avais déjà très peu celle d'une sœur... Mais j'étais un peu sa seule famille, la seule qui puisse prendre soin d'elle.


** Gare de King's Cross, Septembre 1982 **
Le Poudlard Express s'éloigne, j'ai le cœur serré alors que ma nièce disparaît de ma vue. Je soupire. Quelques mois de tranquillité. Aussi égoïste soit-il de songer ainsi, c'était la première pensée qui s'était glissée à mon esprit. Chrissy n'avait pas oublié de me le reprocher avant de partir, ce soulagement que je ressentirais aussitôt qu'elle ne serait plus en charge sur moi. En presque un ans, j'avais eu peu l'occasion d'apprendre à la connaître, entre l'école pour elle et le travail pour moi, et lorsque nous étions dans le même périmètre, elle ne m'en laissait pas vraiment la chance, trop enfermée dans sa colère et sa rébellion pour essayer de nouer quoi que ce soit avec sa tante qui n'était pour elle qu'une étrangère en fin de compte. Nous ne savions nous parler qu'à voix levée, nous ne savions nous montrer que le reproche et les obligations, et pourtant, en elle je pouvais voir le reflet de ma sœur. J'étais incapable d'apprivoiser sa fille, elle m'en voulait beaucoup trop d'avoir été absente toute ces années où elle avait grandit sans l'ombre d'une tante. J'étais pourtant certaine qu'il y avait quelque chose à faire, pour que les choses se passent moins mal par la suite.
Une main se joint à la mienne. « Tu viens chérie ? » La bague trop grande qui roulait autour de mon annulaire manqua de tomber. Je la rattrapai de mon pouce avant de lancer un dernier regard vers le train qui n'était plus en gare. Nous venions juste de nous marier un mois plus tôt, pour que ma nièce puisse y assister. Un de plus disait Chrissy, alors qu'elle connaissait mon parcours marital. Lui au moins était sorcier.
Je m'arrête de nouveau, le train n'est plus du tout visible. Tout compte fait, se pouvait-il qu'elle me manque ? Evidemment, elle me manquait, et j'espérais que le sentiment soit réciproque.


** Poudlard, Septembre 1986 **
Troisième année pour moi en tant que professeur d'astronomie à Poudlard. Albus Dumbledore semblait croire qu'il y avait du potentiel dans mon parcours, moi, je prenais à peine confiance en mes capacité magiques, comme s'il s'agissait pour moi d'une seconde scolarité, où j'exposerais tout mon savoir en échange d'autres pour me remettre 'à niveau'. Nouvelle baguette, nouvelle vie. Je garde l'ancienne pour me souvenir de mes erreurs, de ce que j'ai pu perdre en en voulant trop alors que j'en avais obtenu si peu. Je prends mes marques, j'entends moins chuchoter dans mon dos que lorsque je suis arrivée au chateau. Et pourtant, lorsque je pense à ces quelques années plus tôt, aux ravages de l'importance du sang, je crains pour ma vie, celle de Chrissy, pour ces nouvelles personnes que je côtoie chaque jour. Et si ça recommençait ? Est-ce que je serais capable de rester pour me battre et protéger ma nièce ? J'en étais presque certaine. Presque.
J'ai à peine vu la reconstruction de ce monde, mais aujourd'hui, j'ai la volonté de me rattraper, et ce même, depuis quatre ans, parce qu'aujourd'hui, je ne suis plus seule, je n'ai pas besoin d'un n-ième mariage après ce n-ième divorce pour ne plus me sentir abandonnée. Je l'ai elle, elle m'a moi. Il reste cette rancoeur, ce manque de communication, mais il n'empêche qu'elle a changé ma vie. Et que dire de mes retrouvailles avec la magie ? Outre la culpabilité d'avoir abandonné les miens autrefois, moi qui ais tant peur de l'abandon, retrouver ma vraie nature comble l'espace vide qui s'était créé en moi. Peut être n'aurais-je jamais du partir aussi longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

Marcelo Gomèz
Professeur de DCFM
avatar

Date d'inscription : 05/05/2018
Messages : 297
Points : 0
Crédits : Fayrell
Activités : Ranger ses chemises par ordre de couleur, enseigner à ses élèves comment se défendre contre les forces du mal et se faire du soucis pour son frère.
Voir le profil de l'utilisateur
http://alarte-ascendare.forumactif.com/t44-marcello-oo-caminante-no-hay-camino
MessageSujet: Re: lucky to have been where i have been (Jessamyn)   Lun 14 Mai - 9:37

Et c'est validé!
Welcome aboard
Cette fiche est si parfaite ! amour amour je l'ai tout simplement dévoré, Jessamyn m'a passioné, je la trouve terriblement attachante et son histoire m'a complétement emporté ! Je te valide sur le champs avec tellement de hâte de te lire en RP !
Congratulations


Bienvenue à toi sur Alarte Ascendere.

Félicitations, tu as terminé l’étape la plus contraignante de ta vie sur le forum, la fiche de présentation. Il ne te reste plus qu’à aller découvrir Poudlard et le monde sorcier. Si ce n’est pas déjà fait, je t’invite à aller lire le règlement, le contexte et les annexes pour profiter sans encombres de ton expérience de jeu.

Place maintenant aux divers formulaires que tu devras remplir et poster à la suite de ce message afin que nous puissions mettre à jour les registres.
Code:

[u]Avatar[/u]
[code]<biz>Avatar (si féminin)</biz> ¤ pseudo
<wiz>Avatar (si masculin)</wiz> ¤ pseudo[/code]

[u]DC (si concerné)[/u]
[code]<wiz>Compte Masculin</wiz> ¤ <biz>Compte féminin</biz> etc… [/code]

[u]Année : XXXème année[/u]
[code]<biz>pseudo</biz> <wiz>( Poste éventuel : préfet - quidditch )</wiz>[/code]

[u]Pour les adultes - Métier[/u]
[code]Métier : pseudo[/code]

[u]Pour les sangs purs[/u]
[code]Gen01 : Prénom Nom & Prénom Nom née Nom

Gen02 : Prénom Nom & Prénom Nom née Nom
Gen03 : Prénom Nom (Votre année de naissance)
Générations à adapter selon le besoin[/code]

[u]Patronus[/u]
[code]<biz>Patronus</biz> : pseudo[/code]

[u]Baguette[/u]
[code]Pseudo : Bois, taille, coeur[/code]

_________________

Marcelo Gomèz Yo adivino el parpadeo de las luces que a lo lejos, van marcando mi retorno.
Revenir en haut Aller en bas

Jessamyn James
Professeur d'Astronomie
avatar

Date d'inscription : 07/05/2018
Messages : 107
Points : 155
Crédits : cosmic dust/BADLANDS ♥ (avatar) ASTRA (code signa) old money & BELLA CIAO (icons)
Activités : observer et analyser les étoiles, s'engueuler avec sa nièce, garder un oeil bienveillant sur ses élèves...
Voir le profil de l'utilisateur
http://alarte-ascendare.forumactif.com/t49-lucky-to-have-been-where-i-have-been-jessamyn
MessageSujet: Re: lucky to have been where i have been (Jessamyn)   Lun 14 Mai - 10:52

Avatar
Code:
<biz>Zoe Saldana</biz> ¤ Jessamyn James

Pour les adultes - Métier
Code:
Professeur d'astronomie : Jessamyn James

Patronus
Code:
<biz>Chien de montagnes des pyrénées</biz> : Jessamyn James

Baguette
Code:
Jessamyn James : Hêtre, 39,95cm, crin de licorne

merci et merci pour la validation amour

_________________

a night under the stars
maybe we’re just two stars born from different constellations, we were never meant to connect, oh, but how we tried, we screamed, but it was never enough.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: lucky to have been where i have been (Jessamyn)   

Revenir en haut Aller en bas
 
lucky to have been where i have been (Jessamyn)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» THE LUCKY STARS
» John Lee Hooker : Mr. Lucky (1991)
» [Musique]Lucky Twice
» Lucky Dube (reggae)
» Lucky Luke

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alarte Ascendare :: Registre des Sorciers :: Recensement des Sorciers :: Lumos !-
Sauter vers: